Fort l’honneur nul soucy

» Catégorie : Article de presse sur la batterie


Semoutiers-Montsaon (52) Dispositif Guépard

Commentaires » 0

Un dispositif qui permet de mobiliser 800 réservistes de l’armée de terre en moins de 48h.

 

© France 3 Champagne-Ardenne

Le Dispositif Guépard était en test grandeur nature, sur la base du 61ème régiment d’artillerie de Chaumont. Ce dispositif d’alerte sur le territoire national à moins d’un an d’existence.

Son but : mobiliser en moins de 48h, 800 réservistes de l’armée de Terre en cas de catastrophe naturelle. La simulation en Haute-Marne, ce samedi, était un tremblement de terre.

Familiariser les militaires réservistes avec des situations stressantes ; c’est l’un des objectifs principaux de cet entraînement du dispositif d’alerte « Guépard ». Pas toujours simple pour la soixantaine de mobilisés du jour.

Les opportunités de roder ces divers dispositifs auprès des réservistes ne sont pas légions. Si l’armée est une passion pour ces personnels militaires, ils doivent avant tout assurer parallèlement leur autre travail ou leurs études.

Les réservistes sont testés tout au long de la journée à des dizaines de scénarios, tous plus originaux les uns que les autres.

Petite vidéo 

http://info.francetelevisions.fr/video-info/index-fr.php?id-video=000389313_CAPP_SemoutiersMontsaon52DispositifGupard_040320121023_Au

>> En savoir plus sur defense.gouv.fr

Le dispositif d'alerte des réservistes : le Guépard réserve

L’armée de Terre a monté à l’été 2011 un dispositif d’alerte de la réserve opérationnelle sur le territoire national : le Guépard Réserve.

Ouverture d'itinéraire par le 35e RAP (SIRPA Terre / CCH Tabone)

Le principe du Guépard réserve : disposer d’un vivier de volontaires issus des unités de réserve, capables d’être engagés sous un préavis de 48 heures et durant 8 jours. Ce dispositif d’alerte est prévu pour porter assistance, notamment, à la population sur le territoire national en cas de catastrophe naturelle.

Concrètement, ce dispositif s’appuie sur l’existant : il s’agit de constituer une base de données avec des noms de réservistes, tous volontaires, et disponibles, à l’instant T. « Le jour où il y a une urgence (inondations, etc.), on appelle nos réservistes disponibles et volontaires et on les engage en unité de marche pour porter secours à la population », explique le colonel Eric Ravier, chef du bureau Emploi de l’Etat-majorr de l’armée de Terre (EMAT).

Un calendrier et des modalités de mise en oeuvre ont été établis pour les 11 brigades des forces terrestres. 9 brigades arment 2 sections et un groupe Proterre (soit 69 personnes) et les 2 dernières brigades arment 3 sections et un groupe Proterre (soit 96 personnes), permettant d’atteindre un peu plus de 800 réservistes.

Ce dispositif d’alerte a atteint sa capacité initiale le 1er juillet 2011 et doit poursuivre son optimisation jusqu’à la fin de l’année.

Journée nationale du réserviste 2010

Commentaires » 0

Cérémonie du 9 mai 2010 à Colombey-les-Deux-Eglises
A l’occasion de la Journée nationale du Réserviste

Ordre du jour du général de corps d’armée Jean-Loup CHINOUILH
commandant la Région Terre Nord-Est  

Nous sommes ce matin réunis à Colombey-les-Deux-Eglises, au pied de cette grande croix de Lorraine, symbole d’un homme et d’une volonté étroitement liés au destin de la France. L’homme, c’est Charles De Gaulle. Il sert de référence à ceux qui refusent de subir. La volonté, c’est celle des Combattants de la France Libre dont nous sommes les héritiers spirituels.

Sur ce site emblématique où la mémoire est présente, l’esprit souffle aussi. Aujourd’hui, dans la continuité des manifestations de la journée nationale du réserviste, il nous incite à la réflexion sur notre engagement au service de notre pays, notamment au sein de la réserve, composante indispensable de nos forces armées.

La réserve opérationnelle est chargée de compléter le dispositif de défense pour les pics d’activité, sur les postes qui ne nécessitent pas d’être armés en permanence, mais doivent être tenus en période de crise ou d’exercice. On attend de ceux qui en font partie les qualités demandées à tout soldat : efficacité, disponibilité, goût de l’imprévu.

La réserve citoyenne, quant à elle, tient un rôle de relais de la défense dans le monde civil. Ses membres transmettent à bon escient l’information qu’ils reçoivent et activent des réseaux d’influence. Ils s’engagent en tant qu’animateurs actifs et désintéressés.

 Journée nationale du réserviste 2010 dans Article de presse sur la batterie b.220.165.16777215.0.stories.anrat_.photos.echo-des-unites.20100509-jnr-colombey.jnr1-small

Partagés entre leurs obligations professionnelles, que la crise économique ne réduit pas, et leur engagement au profit de la défense, les réservistes sont souvent confrontés à des choix difficiles. Sur le principe, les contraintes qui apparaissent devraient être équilibrées entre eux-mêmes et leurs deux employeurs, l’un civil, l’autre militaire. Il importe alors que les efforts des uns et des autres soient reconnus, à défaut d’être compensés. Voilà pourquoi, cette année, la Journée nationale du réserviste a permis de mettre en valeur le rôle des chefs d’entreprise ou d’administration qui facilitent l’activité militaire de leur personnel. Leur attitude bienveillante constitue en elle-même une contribution personnelle à la défense de la France. J’assure que le pays leur en est reconnaissant.

En cette période de profonde restructuration de notre outil de défense, la Réserve n’est pas exempte de défis à relever.

Le premier d’entre eux, conforme à la démarche de mutualisation des soutiens au sein de bases de défense, consiste à œuvrer davantage en interarmées, en commençant déjà par harmoniser les procédures administratives. Le fait que cette cérémonie regroupe ici des réservistes de plusieurs pays (France, Etats-Unis, Allemagne, Suisse), de toutes les armées, de la Gendarmerie et de tous les services, marque la détermination du commandement d’agir dans ce sens.

Le second défi concerne le recrutement. Il est indispensable que la réserve se régénère naturellement et que la relève soit assurée par de jeunes Français responsables et motivés, acceptant de donner un peu de leur temps pour leur pays. Pour cela, la Journée d’appel de préparation à la défense offre une information généralisée, les stands tenus par les armées dans les forums ‘emploi’ apportent des précisions, les préparations militaires ‘découverte’ confortent les vocations, mais il convient de faire davantage pour attirer un plus grand nombre de jeunes dans les rangs de la réserve. Dans ce domaine, chacun d’entre nous doit se sentir investi, dans son entourage, d’une mission de conseiller et de recruteur.

Le troisième défi à relever pourrait être celui de la cohésion. En effet, la réserve n’est pas en soi une entité homogène ; elle tire même sa force de la diversité de ses capacités. Mais si vos fonctions et vos postes diffèrent largement, l’esprit de service reste le même et conforte la fierté de porter l’uniforme ou un insigne spécifique. La marche de cette nuit, comme la cérémonie de ce matin qui a fait converger sur les chemins de la Haute-Marne près de 1100 réservistes venus de tous les horizons constituent une manifestation de masse. Celle-ci, par son ampleur prouve que les ingrédients sont toujours réunis pour maintenir cette cohésion indispensable aux armées. Il vous revient d’en être les ferments, non seulement dans vos organismes militaires d’emploi, mais aussi dans votre environnement familial ou professionnel qui a souvent besoin de références et ne demande qu’à les trouver en vos personnes.

b.220.165.16777215.0.stories.anrat_.photos.echo-des-unites.20100509-jnr-colombey.jnr2-small dans Article de presse sur la batterie

Mesdames et Messieurs les réservistes, réunis aujourd’hui sur cette terre de Colombey, soyez conscients de la force qui émane de vos rangs et dont la France a besoin. Puisse le souvenir de ce moment fort perdurer dans vos esprits. Qu’il vous donne longtemps l’énergie nécessaire pour aller de l’avant et entrevoir l’avenir avec confiance.

78 réservistes de l’armée de Terre en alerte Guépard à Chaumont

Commentaires » 0

Du 14 au 16 septembre 2012, 78 réservistes de l’armée de Terre ont participé à un exercice dans le cadre de l’alerte Guépard. L’exercice s’est déroulé au 61e régiment d’artillerie (61e RA) à Chaumont, sous le commandement de la brigade de renseignement.

Réservistes alerte Guépard - Crédits: LTN Fassier/Brigade de renseignement

Les participants de l’exercice de ce week-end appartiennent au 61e RA, au 54e régiment de transmissions de Haguenau (54e RT), aux 2e et 3e régiment de hussards de Haguenau et Metz (2e et 3e RH) et aux 1er et 3e régiment d’hélicoptères de combat de Phalsbourg et d’Etain (1er et 3e RHC). Deux officiers allemands de la Brigade Franco-Allemande (BFA) ont observé l’exercice afin de s’en inspirer pour l’amélioration de leur dispositif national.

Pendant l’exercice, les réservistes devaient protéger un pipe-line d’approvisionnement en carburant, point sensible du département. Les militaires ont fait face à bon nombre de situations pour empêcher les militants, plus ou moins agressifs, d’entrer dans la zone de haute sensibilité.

Le dispositif d’alerte Guépard permet de disposer d’un vivier de réservistes capables d’être engagés sur le territoire national, sous préavis de 48 heures, pour une durée maximale 8 jours. En cas de catastrophe naturelle, environnementale ou d’atteinte aux biens des personnes ou de la nation, le préfet départemental peut solliciter le soutien de l’armée. Après avoir évalué la situation, le délégué militaire départemental (DMD) propose un dispositif au préfet et facilite l’engagement des réservistes d’astreinte.

 

http://www.amitie-franco-allemande.fr/Lettre-CEMAT-n19.pdf

Sur la 3ème page